Tous les tags
cross arobase download gears letter linkedin mail people phone search twitter
Plus
d’infos
sur nos
métiers
Actualités IRP
Exporter au format PDF
Une enquête de juin 2018 (CSA – France Stratégie) interroge les acteurs du dialogue social en entreprise (703 représentants de personnel et 605 dirigeants d’entreprises) sur leur niveau de connaissance des ordonnances, sur la perception qu’ils en ont et sur le stade de déploiement des ordonnances dans leur entreprise.

Connaissance des ordonnances

Selon ce sondage, le contenu des ordonnances est dans l’ensemble connu mais reste encore flou. Les dirigeants d’entreprises de 11 à 300 salariés déclarent à 37 % qu’ils voient « bien de quoi il s’agit » et à 44 % qu’ils les connaissent mais ne voient « pas précisément de quoi il s’agit ». Le niveau de connaissance des ordonnances augmente avec la taille des entreprises, pour les dirigeants comme pour les représentants des salariés. A la même question, les résultats sont respectivement de 18 % et 45 % pour les représentants du personnel d’entreprises de 11 à 19 salariés, et de 54 % et 38 % pour ceux d’entreprises de 300 salariés ou plus.

Pour s’informer sur la mise en oeuvre des ordonnances, les dirigeants d’entreprises se renseignent, selon la taille des entreprises auprès d’avocats et experts juridiques ou d’experts comptables puis via les medias. Les représentants du personnel des PME ont pour première source d’information les medias, alors ceux d’entreprises de 300 salariés ou plus mobilisent d’abord les organisations syndicales.

La perception des ordonnances et leurs effets

Pour les représentants du personnel, la proportion de ceux craignant un impact négatif n’est que de 13% dans les entreprises de 11 à 19 salariés, contre 49% dans celles de 300 salariés ou plus.

Les dirigeants anticipent un impact non négligeable sur l’emploi (pour 48 % les ordonnances permettent de simplifier les procédures de licenciement et 30 % de recruter plus facilement en CDI). Si les représentants du personnel dans les entreprises de 11 à 300 salariés semblent très minoritairement anticiper cet impact, ceux d’entreprises de 300 salariés ou plus semblent plus préoccupés (30 % d’entre eux considèrent que les ordonnances vont augmenter le nombre de licenciements).

La mise en place des comités sociaux et économiques

Selon les dirigeants interrogés, la mise en place des CSE n’est effective ou prévue d’ici fin 2019 que dans 36 % des entreprises mais avec de grandes différences selon leur taille :

23 % dans celles de 11 à 49 salariés (qui pour certaines sont actuellement dépourvues d’instance), et 77 % dans celles de 50 à 300 salariés.

Les représentants du personnel, soulignent surtout que les discussions engagées avec la direction portent sur l’organisation des élections (près de 4 sur 10 dans les entreprises de 11 à 299 salariés), mais ceux d’entreprises de plus de 50 salariés mentionnent également des discussions sur le fonctionnement du CSE.

Dans les entreprises de 300 salariés et plus, les représentants du personnel voient d’abord dans le CSE un enjeu de réduction du nombre d’élus et d’heures de délégations (environ 7 sur 10). Dans celles de moins de 300 salariés, ils anticipent d’abord comme effet l’élargissement des champs d’intervention des élus. Quand la mise en place d’un CSE est déjà prévue, les représentants du personnel déclarent assez peu de mesures d’accompagnement des anciens élus – au maximum 19 % des représentants dans les entreprises de 300 salariés ou plus. Seulement 23 % des dirigeants d’entreprises de moins de 300 salariés prévoient la mise en place d’une commission santé sécurité et conditions de travail – mais près de 40 % dans celles de 50 à 300 salariés – et très peu (5 %) la mise en place de représentants de proximité.

Le recours aux nouvelles possibilités de négociations collectives

61 % des dirigeants n’envisagent pas de recourir plus souvent à la négociation d’accords principalement parce qu’ils n’ont pas identifié de besoin ou ont d’autres priorités. Dans les entreprises de 11 à 49 salariés, seuls 7 % des représentants du personnel ont connaissance de l’engagement de négociations sur de nouveaux thèmes dans leur entreprise, alors qu’ils sont 25 % dans celles de 300 salariés et plus.

Lorsque les dirigeants envisagent de recourir davantage à la négociation collective, celle-ci concerne très nettement en priorité le temps de travail, puis les questions de rétribution salariale ou un accord de performance collective.
Au sein des entreprises de 11 à 19 salariés, 92 % des dirigeants n’envisagent pas de faire valider un projet d’accord directement par référendum, du moins pas dans l’immédiat pour 35 % d’entre eux.

Source : http://www.strategie.gouv.fr/actualites/comite-devaluation-ordonnances-travail-reunion-pleniere-22-juin-2018

à lire aussi
Nos actualités
07.01.2021
Tandem expertise recrute un Consultant(e) Senior en [...]

Offre d'emploi pour un Consultant(e) Senior en analyse économique et financière Vous conduirez des missions de diagnostic d'entreprise sous les angles économique, financier et stratégique. Vous mettrez en…

Actualités sociales et juridiques
01.12.2020
Une société absorbante peut être condamnée pénalement [...]

La Cour de cassation retient désormais qu’en cas de fusion-absorption, la société absorbante peut être condamnée pénalement à une peine d’amende ou de confiscation pour une infraction commise…

Actualités sociales et juridiques
30.11.2020
Jurisprudence marquante du 3ème trimestre 2020

Existence d'une discrimination et exercice du droit d'alerte Dès lors que 13 salariés de plus de 45 ans, dont la moitié avaient plus de 50 ans, s'étaient vu attribuer…

dolor risus. Sed ante. sit ut libero tristique elit. id, non felis